à propos

J’OUTILLE LES AMOUREUX DU VIVANT À fortifier leur santé grâce à UNE HYGIÈNE globale et organique POUR VIVRE AU PLUS PROCHE DE LEUR NATURE.

as-tu déjà eu l’impression avoir été parachuté à la mauvaise période ou sur la mauvaise planète?

MOI OUI. JE ME SUIS LONGTEMPS ISOLÉE, COUPÉE DU MONDE CAR JE NE LE COMPRENAIS PAS. 

ME SENTANT DIFFÉRENTE, PAS À MA PLACE.

Je suis Mathilde.

 

Enfant je passe la plus grande partie des vacances et weekend dans les Pyrénées. Entourée de Nature, à faire des cabanes dans la forêt, cueillir dans plantes que je faisais macérer pour faire des “vins”, m’occuper des chevaux. 

Au lycée, pendant que mes amis font la fête, je travaille dès l’âge de 15 ans afin de financer mon premier voyage. J’ai toujours eu envie de partir, de fuir ne voulant pas d’une vie métro-boulot-dodo. 

Une fois mon diplôme en psychologie obtenu et mon expérience dans un laboratoire de recherche, je décide de partir en voyage, je prend mon sac à dos et je décolle seule direction le Costa Rica où je fais du volontariat avec les tortues de mer.

Vient ensuite du backpacking en Océanie, Road-trip au États-Unis. Découverte de la vie cubaine et de la culture mexicaine.

Ce voyage fut une expérience très enrichissante. Découvrir d’autres cultures, d’autres perspectives. Et des rencontres, tellement de rencontres extraordinaires. Des remises en question concernant mon propre fonctionnement et de prise conscience du rôle que joue notre éducation, culture et société dans notre manière de voir la Vie à travers les personnages que nous incarnons.

 

De retour en France après 18 mois, la Vie me met face à mes choix : 

– le choix de la raison : reprendre mes études et partir étudier à Harvard (sauf que seul l’accès à la bibliothèque me remplie de joie…)

– le choix de la fuite : continuer à voyager (sauf que je viens de me casser les ligaments croisés, la saison de ski en Australie est donc compromise).

Je décide alors de ne faire aucun des 2 et me tourne vers la pâtisserie, un vieux rêve car j’avais remarqué que lorsque je faisais un gâteau je me détendais. Cette décision me fait rester en France et à partir de ce moment là tout un tas d’évènements s’enchaînent.

Comme beaucoup sur cette planète, j’expérimente alors un état modifié de conscience qui bouleverse ma vie. Depuis mes 10 ans et la mort de mon grand père, j’évoluais dans ce monde avec une vision très matérialiste. Et là d’un coup toutes mes croyances, mon identité volent en éclats lors de cette expérience.  Je dérive alors de la pâtisserie vers la géométrie sacrée. Je plonge dans le monde spirituel et je suis divers stages et formations.

Rapidement je ressens le besoin de garder le contact avec la matière, le concret, le corps. Je m’inscris à une école de naturopathie (hygiéniste).

150073_10100241368722347_1145082814_n
03032021-_SON6749

retour aux sources

Ce besoin d’ancrage est d’autant plus intense que j’attend mon premier enfant. En parallèle je renoue avec les plantes et la Nature avec une perspective nouvelle.

Un concours de circonstances fait que je pars, avec ma famille, vivre isolée dans les montagnes ariégeoises. C’est une période de ma vie où j’ai développé grandement ma relation à la Nature. 

J’ai appris à marcher. C’est drôle à dire mais j’ai appris à marcher à 30 ans !

J’expérimente la vie en Nature, j’applique et teste mes découvertes. Certifiée de l’institut de naturopathie, je crée le blog de La Vie en Simples en 2o18.

Depuis près de 10 ans maintenant, j’accompagne des personnes à renouer des liens profonds avec la Nature et à développer une hygiène de vie organique.

Travailler avec moi c’est prendre rendez-vous avec soi même, avec une partie de soi même que l’on essaye souvent de cacher. C’est un voyage : avec des rencontres, des discussions, des excursions.

guérir ma relation avec la Nature m’a permis de :

  • me reconnecter, en douceur, avec une partie de moi-même que j’avais oublié.
  • d’avancer en confiance, me sentant dorénavant à ma place,
  • m’ancrer profondément, reliée à moi-même, au Vivant, au Tout.

Au milieu du chaos qu’est notre civilisation tu peux trouver en toi une paix intérieure. En explorant les enseignements de la Nature et en les expérimentant en toi, tu peux développer une hygiène de vie en accord avec tes rythmes et cycles naturels. Et appréhender différemment la pression et les frustrations imposées par une demande de production, de performance et de profits constante.

Si c’est le moment de t’engager dans l’aventure vivifiante qu’est l’exploration de ta nature profonde et des barrières que tu as dressé contre elle :